Comment bien la fatiguer?

Messieurs ! Qui d’entre vous est déjà entré à la maison avec une broque à faire péter le slip ? C’est ce qui m’est arrivé dernièrement, en rentrant du boulot.

J’entre et dépose mes affaires. Le petit joue dans le salon. Ma princesse a été le chercher après le boulot…

Je me dirige vers la cuisine, elle prépare le dîner. J’en profite pour me coller à son dos pour lui faire sentir mon désir ardent. Tout en lui prenant délicatement les seins, je lui embrasse le coup, je sens sons désir monter mais la réalité du moment reprend très rapidement le dessus : « pas maintenant le petit pourrait nous surprendre, mets la table stp ».

Contraint d’abandonner, je reste sur le « pas maintenant ». Je décide donc de passer un peu de temps avec le petit et d’ensuite prendre une douche afin de me mettre à l’aise.

Celle-ci terminée, la table est dressée. Le repas n’étant pas encore prêt, c’est alors que je patiente en lisant un peu.

Le repas terminé, Fred m’appelle, ça tombe bien j’avais à un truc à lui dire sur la soirée d’hier.

Je m’installe confortablement sur le fauteuil… conversation terminée la table est débarrassée, le petit est prêt au lit.

Je dis à ma princesse : «  une petite histoire et j’arrive », avec un clin d’œil qui en dit long… Elle me sourit et se met au lit avec un bouquin.

Mon retour vers elle est tel Léonidas muni de sa lance acérée où je me dit :  » J’ai attendu mais là tu ne perds rien pour attendre, tu vas monter sur orbite ! ». Mais… sur les genoux, malheureusement pas en levrette, ma douce profite des bras de… Morphée !

Oui, je vous ai eu… ;0)

Surchargée…

Plus sérieusement, la charge mentale (pour rappel : la part mentale n’est pas seulement de faire de multiples choses mais c’est également de les prendre en charge et donc de se sentir en surcharge, dans sa tête de tout ce qu’il faut faire) et physique imposées aux femmes s’accumules (charges professionnelles, domestiques, administratives, rendez-vous médicaux, les pressions).

Les contraintes intangibles, incontournables et constantes s’accumulent et envahissent l’esprit pour ne plus les lâcher.

Epuisées de penser à tout et de faire beaucoup de choses, elles risquent leur santé psychique et physique car surchargées, elles disposent de très peu de temps pour elles, voire pas du tout… et vous espérez une coquine fraîche et disponible le soir ?

Impact sur sa santé et le couple

La surcharge mentale qui en plus de l’épuisement (plus connus sous burnout, c’est à dire avoir épuisé toutes ses ressources) peut provoquer des troubles anxieux, certaines maladies de peau (trop de stresse) tel que psoriasis ou eczéma.

Voilà pourquoi être à l’écoute de son corps est primordial, celui-ci vous envoie des signaux d’alerte de stress et/ou de l’anxiété comme un mal de ventre, des migraines….

 Les femmes devraient donc être attentives à ces signes… mais les hommes aussi !

Et oui, un couple est composé de deux personnes (quel scoop !). Les jours d’épuisement, la sexualité sort de la case des loisirs pour rentrer dans celle des tâches programmées. Le couple subit alors inévitablement les dégâts du surmenage, elles sont épuisées et par manque de temps et d’énergie, la discussion à ce propos est alors difficile.

L’incompréhension s’installe, l’homme se croit agressé et estime qu’elle n’a qu’à demander davantage d’aide ; la femme, épuisée, se sent incomprise et lasse de devoir toujours expliquer ce qu’il doit faire…

Prendre conscience.

Prendre conscience de cet inconfort, tel un caillou dans la chaussure. Prendre le temps ensemble de s’asseoir et d’enlever ce caillou, permettant ainsi de travailler sur l’aspect préventif.

Les hommes sont souvent incapables de comprendre cet épuisement puisqu’ils ne mesurent pas ce que représente la gestion d’une famille et d’une maison, qui est caché et ingrat.

Les temps changes, même si les jeunes hommes participent davantage que leurs ainés aux tâches domestiques, les femmes sont toujours en charge du foyer (source : www.insee.fr).

Mettre son énergie au bon endroit

Au début était le verbe… Il n’y a pas de petits profits. L’aide de son conjoint est un point de gagner, mais il faut la demander ! Et surtout bien la demander. Dire par exemple : « Ecoute, j’aimerais bien que… » « Ça me ferait plaisir de…, j’en ai besoin ». « Avoir besoin » devrait directement impliquer votre interlocuteur.

Œuvrant ainsi à une réciprocité qui conviendra à une base de départ. Pour ensuite créer un dispositif commun avec partage et initiative qui par le modèle parental ouvre ainsi une nouvelle forme d’éducation et ainsi estomper ce : « il fallait demander ».

Tenez à l’esprit que les immenses progrès se font marchent après marchent, en travaillant sur le petit quotidien, modifiant les petits comportements et le cumul de ces petits changements vous apporteront du plaisir, du soulagement en vous incitant à continuer sur cette voie.

C’est alors que d’autres changements peuvent s’opérer, à votre insu, d’un point de vue psychologique où vous pourriez avoir envie que ça recommence, touchant des aspects plus profonds tel que l’envie, le désir.

Gagner en estime de soi.

Il va falloir faire un énorme effort sur vous ! N’hésitez pas de tester, ce qui impliquera un comportement diffèrent. Mais être en charge mentale c’est déjà s’imposer beaucoup de choses et pas les bonnes de plus est. Alors quitte à s’imposer quelque chose, autant le faire avec des choses qui influeront assez rapidement sur votre bien-être.

@Messieurs.

La force des mots, puissance créatrice injectant des sentiments positifs qui passe par des compliments, notamment sur tout ce qu’elles ont fait dans la journée. Regardez-la comme une héroïne, une héroïne du quotidien avec un regard empathique positif de ce qu’elle a fait.

Passer à l’acte, aidez là ! Établissez, ensemble, un planning de la semaine des tâches à accomplir et partagez-les.

Faire un petit cadeau, comme un simple bouquet de fleurs, est un bon moyen de lui apporter un peu de bonheur et de lui faire du bien.

@Mesdames

Il est très important d’apprendre à s’assumer telle que l’on est, sans culpabiliser et dans son imperfection. Apprendre à se détacher de la perfection et de la culpabilité.

Se faire, par exemple, un petit cadeau après une tâche ingrate.

Le soir venu, se remémorer trois tâches bien accomplies dans la journée, et de s’en féliciter. A pratiquer régulièrement…

@vous deux

On n’attire pas les mouches avec du vinaigre! Et dans ce cas, il  pourrait être la mauvaise communication, pas de merci, des mauvaises demandes, trouvez que tout est normal sans faire d’effort.

Déterminez donc ensemble ce qui ferait le miel du couple.

Dites-vous mutuellement ce que vous souhaitez ! Sans cela, il est impossible donc de savoir ce que vous avez dans la tête. Formulez vos désirs clairement ! Et pour lui donner l’envie de recommencer et créer une ambiance agréable,  cette demande sera suivie d’un remerciement chaleureux.

Grace au planning établi ensemble, pensez à dégager du temps pour vous et uniquement pour vous. Soupape indispensable ayant des intérêts multiples notamment en termes de vie sociale, pour prendre soin de soi ou tout simplement pour souffler et prendre son temps.

Je n’y arrive pas…

Démarche personnelle, il s’agit réellement d’un parcours de soin. Pour une première prise en charge médicale, consultez votre médecin traitant. Suite à un bilan sanguin général, il pourra plus facilement vous rediriger, si nécessaire, vers un spécialiste.

Nous… et vous ?

Il s’agit d’un travail journalier. Nous sommes tous dans nos vies quotidiennes avec nos contraintes mais sachez que le changement est possible. Et surtout, le changement est un sacré exploit.

Nous partageons les tâches de manière équitable. Nous acceptons que les tâches soient faites de manières différentes, car il n’y a pas une façon unique de faire les choses. Au début, certaines tâches étaient mal accomplies, mais nous restions dans la gratification de l’acte accompli (c’est en forgeant que l’on devient forgeron).

Nous travaillons tous les deux et grâce à ce planning, nous nous accordons du temps pour soi. Je vous rappelle que vos espaces de liberté sont vitaux: le vôtre, comme celui de votre conjoint(e).

Reconnaissez que lorsque vous avez de l’espace et du temps pour vous-même, vous pouvez apprendre un nouveau passe-temps ou un nouvel intérêt. Cela vous rend plus excitant et intéressant, et vous pouvez rapporter l’information ou l’activité dans votre relation ou à votre partenaire.

Profitez du temps que vous avez et ne vous sentez pas coupable. Votre besoin de temps pour vous-même a peu à voir avec votre relation ou combien vous aimez votre partenaire.

Soyez particulièrement précis lorsque vous demandez à votre partenaire du temps pour vous-même. Aussi, je suggérerais de ne pas utiliser la phrase – « J’ai besoin d’espace » – expliquez plutôt à votre partenaire pourquoi plus d’espace vous rendra heureux comme: « J’aimerais assister à un cours de cuisine le mardi soir. Cela me ferait vraiment plaisir et je pourrais alors rapporter les recettes à la maison pour vous les préparer! »

N’ayez pas des secrets l’un pour l’autre. Incluez ce que vous avez fait et où vous êtes allé autant que possible dans vos conversations avec votre partenaire.

Ps. Vous souhaitez approfondir la question?

" data-link="https://twitter.com/intent/tweet?text=Comment+bien+la+fatiguer%3F&url=https%3A%2F%2Fjeanveutencore.com%2Fcomment-bien-la-fatiguer%2F&via=">">Tweetez
1 Partages

One thought on “Comment bien la fatiguer?

Laisser un commentaire